Avril 2010

angele2

Ce lundi, à l’auditorium Germán Arciniegas de la Bibliothèque Nationale, la photographe hollandaise d’origine camerounaise, Angèle Etoundi Essamba, présentait un projet photographique qui vise à positionner les femmes noires en première ligne des célébrations du Bicentenaire des Indépendances.

Bogotá, 26 avril de 2010.  La photographe hollando-camerounaise Etoundi Essamba visite la Colombie pour continuer représenter les femmes afrodescenates du pays. L’exposition photographique se transportera dans diverses villes du pays pour rendre hommage à la femme noire, dans le cadre de la commémoration du Bicentenaire des Indépendances.

Le Ministère de la Culture, à traves la Direction des Populations, encourage la reconnaissance et la représentation des communautés ethniques de Colombie et dans ce sens “I-identity/Eye-dentity: portraits de femmes afrocolombienne pour le Bicentenaire”,  se propose de rendre hommage en reconnaissant ces femmes qui représentent la diversité, la dignité et la vitalité de la communauté afrodescendante.

Ce que l’on veut montrer ce sont des images de femmes en mouvement, de leaders de leur communautés. Également la musique, le chant et la danse, de même que l’art des tresses et les couleurs, telles sont les thématiques fortes de cette enquête photographique”, affirme Angèle.

Ces éléments relient fortement la Colombie à l’Afrique, une thématique très importante pour le Ministère de la Culture, particulièrement en 2010, année du rapprochement des culture de l’UNESCO. Il s’agit de profiter des célébrations du Bicentenaire pour proposer un regard international original, celle d’une artiste africaine sur la population féminine afrodescendante de Colombie.

angele1

L’œuvre d’Angèle, très influencée par son propre parcours multiculturel (elle est née au Cameroun, a grandi à Paris, et est désormais citoyenne hollandaise), se focalise sur la création de portraits de femmes noires qui questionnent les notions d’identité, d’altérité, et de dualité culturelle afin de promouvoir le respect mutuel , la compréhension et la tolérance.  Son travail en Colombie montre la fierté, la force et la conscience des femmes afrocolombiennes.

Selon elle: “L’être humain, et surtout la femme demeure l’élément central dans mon travail. Une femme libre qui brise les stéréotypes ”. Essamba a gagné la reconnaissance internationale avec des expositions en Afrique (Cameroun, Afrique du Sud, Mali, Sénégal, Tanzanie, Algérie), Europe (Espagne, Italie, France, Allemagne, Belgique, Grande Bretagne, Pays-Bas, Danemark, Suisse) et les États-Unis (New-York, Philadelphie, Floride, Washington DC), y compris des biennales, (Venise, La Havane, Johannesburg, Dakar, les Rencontres Photographiques de Bamako, etc) aux festivals artistiques (Amsterdam Rai, Milan, Bruxelles, Berlin, Rome, Chicago), entre autres.

Durant son séjour en Colombie, Angèle Etoundi Essamba parcourra la côte Pacifique (Quibdó, Guapi, Cali y Villarica), la côte Atlantique (Cartagena et San Basilio de Palenque) et l’Île de San Andrés à la recherche des personnages pour son projet photographique: ‘I-identity/Eye-dentity’: portraits de femmes afrocolombiennes pour le Bicentenaaire”. La photographe présentera en juin prochain un atelier de photographie digital à 20 femmes de Quibdó pour les former à cet art, de la construction des images au travail sur Photoshop, avec pour objectif de donner à ces femmes la possibilité de s’exprimer photographiquement, et bien sûr réaliser son autonomisation et élever son auto-estime.

L’événement de ce lundi 26 vise à faire connaitre son travail. Devaient également être présents le célèbre historien Roberto Burgos, ainsi Aura Dalia Caicedo, dirigeant du Réseau National des Femmes Afrocolombiennes Kambirí.

Angele

Pour plus d’informations, communiquez avec le Bureau de Presse – Ministère de la Culture
Catalina Hoyos - Marisol Contreras Gamboa
Téléphone: (057-1) 3424100 Ext. 1139
Portable: (057) 310 8844539

Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga http://guyzoducamer.afrikblog.com/