lundu

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga

L'histoire officielle a une dette envers les afrodescendants. Le racisme est une réalité quotidienne imprégnée dans notre culture depuis l'époque de la conquête et reste présente dans nos  jugements et nos valeurs, dans notre langage, dans les idéaux de beauté et dans l'imaginaire.

Le nouveau documentaire AfroPerú: Tomando la palabra, produit par Lundu Centro de Estudios y Promoción Afroperuanos rt réalisé par Guarango Cine & Video, décrit cette réalité à traves sept témoignages de vie, de valeur et de dignité d'afropéruviens à la recherche de leur identité ; des expériences exemplaires qui se suman pour la  récupération des contributions et les efforts des afrodescendants pour la formation de la nation péruvienne.

Le lancement de ce documentaire se fera ce mercredi 9 décembre à 19 heures au Centre Culturel de l'Université Cayetano Heredia de Miraflores (Av. Armendáriz 445 Miraflores), et coincidera avec un moment historique pour le peuple Afropéruvien et pour le pays, apr`s que l'État, par le biais de la Résolution Suprême Nº 010 – 2009 MIMDES, ait demandé le "pardon historique au peuple afropéruvien pour les abus, l'exclusion et la discrimination commis à ses dépens ".

AfroPerú: Tomando la palabra touche des thèmes comme la discrimination et les problèmes d'accès à l'éducation et la recherche et la revalorisation de l'identité des afropéruviens.
Dans une approche directe et véridique,  il constitue un riche témoignage audiovisuel dans lequel une population, relégués depuis de nombreuses années, prend la parole .

La recherche de l'identité de la population afropéruvienne est devenue une bataille pour la dignité, pour se valoriser comme des personnes appartenant à une tradition culturelle dont elles sont les héritières. Le Pérou est l'un des pays de la région dont les politiques publiques adressées à la population afrodescendante sont faiblement développées, malgré les compromis assumés internationalement.   

C’est ainsi que le dernier rapport émis par le Comité pour l'Élimination de la Discrimination Raciale de l'Organisation des Nations Unies au cours du mois d'août de l'année en cours a fait un certain nombre de recommandations qui mettent en évidence l'absence de politiques publiques en faveur de ce secteur de la population.
Dans le film de 25 minutse, Rebeca Godos, administratrice d'entreprise, Sofía Carrillo, communicatrice et Carmen Luz Medrano, Reyna Ormeño et Jeanette, entre autres personnages narrent leurs expériences, prennent la parole.

Témoignages de Vie

Rebeca Godos: Sa formation, elle l'a faite en Administration des entreprises, elle est dévouée au travail social. Elle a réalisé une spécialité Genre à l'Université Catholique. Issue d'une famille pauvre, et étant la sœur ainée, elle a du travailler encore petite fille pour que tos ses frères puissent étudier. Elle a été employée domestique alors qu'elle était au secondaire et en sortant du collège, car elle ne trouvait pas un autre emploi.

Peu à peu, elle est entrée dans le travail social qu'elle a débuté dans l'Organisation Traperos de Emaus, avant d'en devenir la première femme présidente. Par la suite, elle travailla dans d'autres organisations sociales et féministes. Actuellement, elle travaille come indépendante, et donne des ateliers sur le développement personnel, le leadership, la gestion d'entreprise, la communication et le genre.
.
Elle a une vision très claire de la situation de la population afro, du racisme et des contributions de sa culture.

"Au bout du compte, j’ai dû travailler à la maison, mais je me suis dit, je vais étudier, je ne vais pas rester comme ça, le travail à la maison était un moyen pour atteindre d’autres objectifs". "Je pense que le Pérou et les grands leaders dont une dette envers les afrodescendants, celle de  récupérer les contributions et le rôle d’acteur dans les hauts faits ayant conduit à la liberté des afropéruviens. " "Je crois que l'histoire des afrodescendants,de même que celles des andins doit être re-décrite". 

Sofía Carrillo: Est communicatrice sociale, elle a donc travaillé plusieurs années pour la presse, se spécialisant dans la presse sportive. Elle travaille actuellement pour Innpares, un projet d'éducation sexuelle et elle est également membre de la Mesa
de Lucha contra el Racismo.

Avec ces derniers, elle réalise les campagnes comme  "Sácale tarjeta roja al racismo"(Carton rouge au racisme), une campagne menée dans les stades de football où Sofía se rend avec d'autres collaborateurs. En tant que professionnelle, elle a fait à des moments difficiles d'agression et de discrimination, en plus des agressions subies parce qu'elle est une femme et qu'elle est afrodescendante.

"La seule chose que j'espère de la vie c'est que la liberté soit réelle, que la liberté soit réelle, que l'équité soit réelle, que les afropéruviens hommes et femmes aient les mêmes opportunités, nous ne demandons ni plus ni moins que les autres, seulement les mêmes opportunités".

"Il y a une nécessité pour l'État péruvien de reconnaitre que nous sommes un groupe ethnique discriminé, exclu,  déprécié, envers lesquels il a des obligations et il y a des actions spécifiques au niveau politique qui doivent être menées". "Mon outil dans la vie fut l'éducation, ça été mon outil et mon arme pour lutter et faire face à ce que je ressentais comme un monde hostile pour moi ".
 

Carmen Luz Medrano/Reyna Ormeño/Jeanette: Toutes deux des jeunes femmes de Chincha qui font partie du projet de boursiers de Lundú et présentent des ateliers aux enfants de la région, qui comprennent  la réflexion, la peinture et la musique. Elles ont reçu  le soutien économique de l'organisation pour pouvoir payer leurs études supérieures. De plus, elles participent en tant qu'employés de la Casa de Lundú (La maison de Lundu) à El Carmen, Chincha. Il est possible de peut constater auprès d'elles de quelle manière l'éducation peut faire changer la vision et la mentalité des personnes. Ces filles, comme par exemple Carmen Luz, pensaient que la vie s'arrêtait à faire des travaux à la maison et attendre de se marier un jour. Aujourd'hui, grâce à l'accès à l'éducation, elle rêve de créer une grande entreprise dont elle sera la gérante et également de se marier et d'élever ses enfants, mais sans cesser d'être une professionnelle.


Lundu vise le développement de la population afrodescendante à travers la lutte contre le racisme, le sexisme et d'autres formes de discrimination dans une perspective interculturelle, intergénérationnelle et de genre. Elle encourage la recherche et la défense des Droits Humains de la population afrodescendante et contribue à la création de programmes, de lois et politiques en faveur de cette population.