La célébration de la “Journée Nationale du Candombe, de la Culture Afrouruguayenne et de l’Équité Raciale”, montre la richesse d’un collectif, et vise à faire connaitre leurs origines et à promouvoir leurs droits. D’autre part, l’Uruguay présentera le Plan National contre la Discrimination dans le cadre de l’Année Internationale du Rapprochement des Cultures en 2010, organisé par l’UNESCO, a annoncé María Elena Martínez la Directrice des Droits Humains du MEC.

candombe

À l'occasion de la célébration le 3 décembre de la  “Journée Nationale du Candombe, de la culture afrouruguayenne et l'Équité raciale”, diverses activités spécifiques sont réalisées durant le mois de décembre et elles visent à promouvoir leurs droits et leurs manifestations culturelles.


Notre pays a demandé à  l'UNESCO de déclarer le candombe  musique de notre société apportée par les descendants d'africains, explique la Directrice des Droits Humains du Ministère de l'Éducation et de la Culture María Elena Martínez.


Bien qu'il s'agisse d'une manifestation qui fortement répandue,  les afrodescendants constituent une minorité dans notre pays, environ 10% de sa population, avec un pouvoir
social, économique et culturel relatif. C'est la raison pour laquelle on considère que leur survie est en danger.

La Déclaration émise par l'UNESCO en 2009 est d’une extrême importance pour cette expression culturelle et pour notre société.

Le candombe, qui est d'autre part très apprécié par le peuple uruguayen, permet de reconnaitre l’existence des afrodescendants qui ont de plus des caractéristiques culturelles propres que l'on doit également reconnaitre, explique la Directrice.

Le collectif ethnique représenté par les Afrodescendants se trouve dans une situation de désavantage des points de vue économique, culturel, social, de l'habitat par rapport à la société uruguayenne.


Par conséquent, affirme Martínez, la  “Journée du Candombe, de la Culture Afrouruguayenne et de l'Équité Raciale” vise à faire prendre conscience de l'histoire de ce groupe.


Cette journée est l'occasion de montrer un groupe dans toute sa richesse, de connaitre ses origines et de prendre conscience du soutien dont ils ont besoin pour exercer leurs droits à l'égalité.


Dans ce cadre, le gouvernement met en place diverses politiques publiques. Avec le soutien du Ministère des Transports et des Ouvrages Publiques (MTOP) ainsi que l'Intendance Municipale de Montevideo (IMM), la récupération et la construction de  logements.


D'autre part, le Ministère de l'Éducation et de la Culture octroie des bourses qui permettent aux diplômés universitaires d’effectuer des études à l'étranger, et des démarches sont en cours dans le même sens pour l’Éducation secondaire.


Dans le même temps, des études sont réalisées pour connaitre la situation des afrodescendants avec plus d'exactitude au niveau de leur participation à l’enseignement tertiaire.


Le recensement qui sera réalisé en 2010 permettra de connaitre les chiffres sur les zones de résidence, la situation au niveau de la santé, l'éducation et d'autres aspects.

On pourra ainsi disposer des données concrètes pour planifier les politiques les plus adéquates et les plus efficaces.

De plus, à l'occasion de la célébration en 2010 de l'Année du Rapprochement des Cultures organisé par l'UNESCO, la Direction des Droits Humains du MEC se prépare à réaliser le Plan National contre la Discrimination.

L’élaboration du Plan a surgi du compromis assumé par notre pays devant le Conseil des Droits des Nations Unies. Des techniciens provenant d’autres pays participent à cette initiative soutenue par la Coopération espagnole et par les Nations Unies.

Le Plan représente la contribution de l'Uruguay  aux cultures, en considérant la richesse qu'implique l'apport d'une culture nouvelle pour une société et que  “les sociétés les plus riches sont celles qui intègrent différentes cultures”, comme l'indique les Nations Unies. L'Uruguay en est un clair exemple.

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga