Rédaction Culture

foto1

Bien que les minorités ethniques vivent au sein de la société équatorienne depuis des siècles, très peu de personnes les connaissent réellement de l'intérieur.

C'est l'avis d'Edizon León, un artiste et gestionnaire culturel afrodescendant qui expose son travail à la Maison des Arts La Ronda (Casa de Artes La Ronda ) (Au 999 de la traditionnelle rue La Ronda) de même que Patricio Estévez et d'Alice Trepp.

Selon lui, la relation que la majorité de la société continue d'établir avec le monde afro est basée sur des préjugés.  “Des préjugés qui peuvent être autant négatifs que positifs, naturellement entre guillemets. Les gens pensent que l’afrodescendant est violent, pauvre, délinquant ou paresseux. Ou d'un autre côté, qu'il est seulement capable de jouer au football ou la marimba”.

foto3

Ces constructions symboliques empêchent un rapprochement véritable des afrodescendants, et poursuit León, rend impossible une communion dans la vérité humaine avec ces groupes.

L'exposition ‘Fotoescultura’ qui sera présentée à la Ronda jusqu'au 6 décembre a été organisée pour contrecarrer un peu cette perception. L'horaire diffère quelque peu selon les journées. Le mardi de 09:30 à 17:307:30, le mercredi et jeudi de 09:30 à 20:00, le vendredi et samedi  de 09:30 à 23:00, et le dimanche de 11:00 à 15:00. L'entrée est toujours gratuite. 

foto2León comme Estévez a réalisé des collections photographiques qui décrivent le quotidien des communautés noires du nord d'Esmeraldas, de la valle del Chota et de différents quartiers de Quito. Le format utilisé est principalement celui du portrait, qui donne une sensation immédiate de proximité et d'identification.

Sont également présentées plusieurs sculptures de l'artiste équatorienne de parents suisses Alice Trepp, qui a réalisé des pièces grandeur nature représentant différents personnages comme des vendeurs, des personnes âgées et des enfants. 

Cette rencontre entre la photographie et la sculpture permet de construire un regard intérieur autour de la façon d'être des communautés afroéquatoriennes et de leurs coutumes culturelles. 

Traduit de l’Espagnol Par Guy Everard Mbarga