19 octobre de 2009

Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga

zapata

La très dynamique et jeune  Ministre de la Culture Colombienne

Paula Moreno

Le Ministère de la Culture (Colombien) présentera à Cali la proposition de réécriture de l'histoire afrocolombienne, Raizal et des populations des Palenques en vue de renforcer la reconnaissance de la Population Afrodesecendante et de son rôle important dans la construction de l'histoire de la Colombie.

Bogotá, 21 Octobre. Ce jour,  (Mercredi), dans le cadre de la XVème  Foire du Livre du Pacifique (Feria de Libro del Pacífico) qui se déroule  à l'Université del Valle jusqu'au 26 Octobre, le directeur du Service aux Populations du Ministère de la culture, Moises Medrano exposera les progrès accomplis dans l’élaboration  du document "Les afrocolombiens: la récupération et la redéfinition historique de son rôle dans la construction de la nation colombienne".

Selon Medrano, l'objectif de cette proposition est de créer un engagement social qui reconnait le rôle de la population afrodescendante dans le développement du pays, des points de vue politique, économique, social et culturel. "Dans le monde, des actions sont en train d’être formulées pour reconnaître les désavantages historiques, par la formulation de projets menant au renforcement et à la mise en évidence du rôle de la population noire."

Le Ministère de la Culture est actuellement en train de mettre en place des projets tels que la  consolidation des "Centres de la Mémoire Afrocolombienne " dans différentes régions, à l'occasion de la commémoration du Bicentenaire des Indépendances ; le  renforcement de la  campagne ‘Colombia, Colombias’ ("La Colombie, les Colombies") par le canal des médias et qui vise à amener les Colombiens à valoriser la diversité du pays et à respecter les différences.

La proposition de réécriture de l'histoire afrocolombienne comprend la réalisation  d’ensembles théâtraux sur l'histoire des afrodescendantes, la réédition d'une collection d'auteurs afrocolombiens, la mise en service des musées communautaires afrocolombiens, raizals et palenqueros, l’Organisation du Séminaire international d’Histoire Afrodescendante, la production et la diffusion d'une série de récits afros pour  la télévision nationale et régionale, le renforcement d'un cours doctoral sur l’histoire et la culture afro, la réalisation d’échanges avec le Brésil et un renforcement des relations culturelles de la Colombie avec les pays africains pour favoriser la connaissance de la diaspora africaine dans les Amériques.


Les personnes en charge de ce projet sont: Dario Henao, doyen de la Faculté des sciences humaines à l'Université del Valle, Alfonso Munera, historien de l'Université de Cartagena, Rafael Diaz, professeur à l'Université Javeriana et les écrivains Roberto Burgos Cantor et  Alfredo Vanín Romero. Ils seront accompagnés en permanence par le  Ministère de la Culture, à travers une équipe de professionnels des directions Populations, Arts et Patrimoine.

La réalisation de ce document, qui sera distribué dans l’ensemble du pays au milieu de 2010, a commencé à prendre forme en 2008 lors de la Rencontre Ibéro-américaine “Agenda Afrodescendant dans les Amériques”, organisée par le Ministère de la Culture à Cartagena de Indias.

Ce document traite également des recommandations formulées par la Commission Intersectorielle pour le Progrès de la Population Afrocolombienne, des Palenques et Raizal, sur la base des neufs barrières «invisibles» présentées à l'opinion publique au mois de Mai dernier dans la capitale de la Valle del Cauca. À savoir :

1. Racisme et discrimination raciale.

2. Faible présence  et représentation de la population afrocolombienne, des palenques raizal dans les espaces politiques et institutionnels de décision.

3. Faible capacité institutionnelle des processus d’organisation de la population afrocolombienne, des palenques et raizal.

4.  Plus grandes difficultés à l’accès, à la permanence et à la qualité dans le cycle éducatif, ce qui limite l’accès aux emplois de qualité et à l’entreprenariat, et rend également difficile le dépassement de la pauvreté.

5. Inégalités dans l’accès au marché du travail et association avec les emplois peu spécialisés et à faible rémunération (emplois peu qualifiés).

6. Rare reconnaissance et valorisation sociale de la diversité ethnique et culturelle comme un des facteurs de l’identité nationale.

7. Déficience du point de vue de la sécurité juridique, des droits de propriété des territoires collectifs.

8. Faible disponibilité de l’information sur la population afrodescendante, ce qui limite la quantification et l’identification des bénéficiaires, de même que la définition d’une politique ajustée aux particularités ethniques et territoriales.

9. Accès limité aux programmes d’allocation.

Données relatives à la population afrocolombienne


 


• Selon le recensement 30 de Juin 2005, 4.533.951 personnes dans le pays se reconnaissaient comme afrocolombien, noir-mulâtre, Palenquero et Raizal.

• D’après ce même recensement, sur les 41.468.384 habitants que compte la Colombie, 10% se sont auto-reconnus comme noir, afrocolombien, Raizal ou palenquero.
 
• Actuellement, onze départements concentrent 90% de la population afrodescendante du pays.

• Un grand nombre des Palenques  en Colombie sont devenus les territoires collectifs et des Conseils de Communautés noires reconnues légalement par l'État, à travers Loi 70 de 1993.

Pour de plus amples renseignements, contactez:
Catalina Hoyos - Jaime Acuña Lezama
Groupe de Presse - Ministère de la Culture
Tél: 3424100. Poste 3142 et 3146