Photo

Barack Obama visitera l'Afrique (noire) pour la première fois depuis qu’il est devenu le premier président noir des États-Unis lorsqu’il se rendra au Ghana au mois de juillet. Beaucoup d’Africains espèrent que ce voyage sera annonciateur d’une aide importante pour leur continent pauvre.

Les Ghanéens ont célébré la décision de Washington de choisir leur pays pour les débuts de Barack Obama en tant que président en Afrique où il est une personnalité grandement populaire.

Ils ont indiqué que la visite représente une chance pour le Ghana, qui envisage de débuter à produire du pétrole en 2011,  d’appuyer ses revendications pour un plus grand engagement avec l'Occident. Obama visitera l’ancienne colonie britannique les 10 et 11 juillet, selon une déclaration du ministère des Affaires étrangères du Ghana.

J’espère que le Ghana profitera de cette visite … nous avons besoin d’aide pour promouvoir le commerce pour la croissance,” indique l'ancien diplomate Kwaku Bapru Asante.

Nous devrions essayer de faire avancer nos idées pour obtenir des institutions internationales qu’elles modifient leurs conditions et leurs procédures en notre faveur pour que nous puissions faire du commerce, plutôt que toujours demander de l'aide.”

Le Ghana, un pays exportateur d’or et de cacao et dont l'économie se bat avec une inflation de plus de 20 pour cent et d'un déficit budgétaire élevé, est en discussions avec le Fonds Monétaire International pour l’obtention (d’un prêt) de 1 milliard de dollars pour augmenter ses réserves en devises.

Au cours de sa visite, le Président Obama aura des discussions bilatérales avec son homologue Ghanéen, le Président John Evans Atta Mills, visant au renforcement des relations fraternelles existant entre les deux pays,” a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans une déclaration.

Les résidents d'accra étaient ravis par la perspective d'accueillir Obama et son épouse Michelle. “Je ne travaillerai pas ce week-end là et je ferai tout qu'il faudra pour être dans la foule qui saluera son cortège de voitures — rien que cela suffira à me satisfaire,” affirme le mécanicien Henry Boahene, en criant le nom du président.

Obama, dont le défunt père était Kényan, a suscité une vague de fortes attentes partout en Afrique lorsqu’il a remporté de manière éclatante la victoire aux élections de novembre, bien que le continent le  plus pauvre au monde ait à peine fait partie de son ordre du jour depuis sa prise du pouvoir en janvier.

Beaucoup d'Africains avaient espéré que l’investiture  d'Obama marquerait le début d'une nouvelle poussée américaine pour soulager la pauvreté, la famine, les conflits et la corruption qui anéantissent une grande partie du continent, mais les quatre premiers mois au pouvoir du président ont été dominés par la crise financière aux États-Unis.

Obama visitera également Cape Coast, un ancien comptoir pour le commerce des esclaves au Ghana.

Kwasi Kpodo, Reuters

Traduit de l'Anglais par Guy Everard Mbarga