Par Guy Everard Mbarga

Barack Obama, le Président Élu des États-Unis d’Amérique remplacera George Walker Bush que les américains en grande majorité et le reste de la planète se réjouit de voir bientôt quitter la Maison Blanche.

Un sondage réalisé en août 2008 auprès des américains indiquait que 41% d’entre eux trouvent que l’actuel dirigeant de la première puissance mondiale est dans l’histoire le pire président des États Unis. Autant dire qu’il ne laissera pas de bons souvenirs auprès de ces concitoyens, ni dans le reste du monde.

Mais, si l’on regarde les choses dans une perspective plus spécifique, plus particulière, du point de vue des afro-américains et des noirs en général, deux gestes politiques, de Georges Bush marqueront tout de même l’histoire de façon très positive : les deux nominations au sein de son administration à des postes stratégiques au niveau mondial de deux afro-américains. Tout d’abord la nomination de l’afro-américain Colin Powell au poste de Secrétaire d’État qu’il occupa entre 2001 et 2005 avant de démissionner.

Et deuxièmement, celle de Condoleezza Rice qui fut sa Conseillère à la Sécurité nationale entre 2001 et 2005 , avant d’être nommée également Secrétaire d'État, seulement la deuxième femme à occuper ce poste. Le magazine américain Forbes l’a classée deux années de suite (2004-2005) la femme la plus puissante du monde.

Le secrétaire d’État aux États-Unis est le poste de plus haut rang dans le Cabinet et celui ou celle qui l’occupe est le principal conseiller en politique étrangère du président selon le site Internet du Département d’État américain.

Le Département d’État  Américain, dirigé donc par le Secrétaire d’État est en quelque sorte la cheville ouvrière de la politique étrangère américaine et  a un impact immense sur le reste du monde, mais également notamment sur l’économie américaine.

On juge mieux de l’importance de ces deux postes quand on connaît le manque de visibilité politique dont bénéficient les noirs et les Afrodescendants vivant en dehors de l’Afrique et principalement dans les pays occidentaux. Les doigts de deux mains suffisent pour compter le nombre de ministres noirs en Europe par exemple.

Or on sait que la prospérité de ces populations noires dépend également de leur intégration, c’est-à-dire de leur engagement dans le système politique et de leur prise en considération par ce même système. Cette intégration se faisant par le haut ou par le bas.

L’exemple tout frais de l’implication sans précédent des électeurs noirs dans le vote en faveur de Barack Obama à la présidence est là pour témoigner du fait que plus une population se sent concernée par le processus politique, plus elle y participe.

Les Afro-Américains voyant un des leurs tout prêt d’occuper la Présidence américaine, actuellement la position de pouvoir la plus importante, la plus prestigieuse sur la planète se sont mobilisés pour l’aider à y parvenir.

À un autre niveau, de voir Colin Powell et Condoleezza Rica occuper des postes de prestige dans leur pays pendant 8 ans environ a à coup sûr eu un impact positif sur les afro-américains dans de nombreux domaines.

En fin de compte, l’actuel Président américain, Georges Walker Bush rentrera aussi dans l’histoire comme celui qui a permis à Condoleezza Rice et à Colin Powell, d’occuper les postes les plus prestigieux* jamais occupés par un noir dans tous les pays occidentaux. Avant la présidence de Barack Obama bien sûr…Et on pourrait sans risque de se tromper affirmer que le texan, un républicain, a contribué à préparer le terrain au Sénateur de l’Illinois.

Seul bémol à tout cela pour les deux premiers, leurs images respectives sont associées à la période de la politique étrangère de cow-boy des années Bush qui a justifié le grand désamour entre les États-Unis d’une part et une bonne partie des autres pays du monde d’autre part.

  • Classement des personnalités politiques noires les plus prestigieuses de l'histoire en Occident :

1 – Barack Obama, Président des États-Unis

2- Condoleeza Rice – Colin Powell : Secrétaire d’État Américain

3 - Koffi Annan : Secrétaire général de l’Onu

4 – Michaelle Jean : Gouverneure Générale, Canada

Guy Everard Mbarga
IMG_2331