NEUSA BARBOSA

Collaboration pour l’ UOL, dr Rio

Des sujets polémiques, tels que la tourisme sexuel, le racisme et la pédophilie sont au centre du documentaire  "Cinderelas, Lobos e um Príncipe Encantado" (Cendrillons, les Loups et un Prince enchanté) , présenté au concours Première Brasil du Festival do Rio, et réalisé par Joel Zito Araújo.

Parcourant le Brésil et également l’Europe en Italie et en Allemagne, le réalisateur discute du rêve de nombreuses femmes brésiliennes de rencontrer un mari européen. Beaucoup d’entre elles immigrent, deviennent danseuses dans des shows de samba ou de rythmes liés au Brésil. N’ayant pas fait d’études ou sans aucune formation professionnelle, certaines deviennent prostituées et réalisent rarement leur rêve. Le film connaît cependant également des fins heureuses.

Cela fait longtemps que le réalisateur est engagé sur le thème du débat relatif au préjugé racial – sujet également abordé dans "Cinderelas, Lobos e um Príncipe Encantado". "Mon film parle des femmes pauvres, dont les trois quarts sont afrodescendantes", indiquait-il avant la première session de diffusion du film.

Denying Brazil - Joel Zito AraujoProfesseur à l’École de Communications et des Arts ( Escola de Comunicações e Artes) de l’USP, Joel Zito avait déjà transformé en film sa thèse de doctorat (et également en livre), intitulée "A Negação do Brasil" (La négation du Brésil)(2000). Il y documentait la discrimination raciale historique au Brésil. Il a repris ce thème dans un film de fiction , "As Filhas do Vento" (Les Filles du Vent2004), avec une troupe constituée uniquement d’acteurs noirs qui a reçu six prix  au Gramado dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur et le Prix de la critique.

á 
Patrícia Saboya, l’une des parlementaires les plus attachées au combat contre l’exploitation sexuelle infantile devrait avoir un impact. Critiquant l’absence de mesures décisives en vue de l’éradication du problème, la sénatrice qualifie le Brésil de "pays pervers" et doit même un moment interrompre son intervention à cause de l’émotion qui la prend au point de lui faire couler des larmes  pendant son témoignage.

Un des moments les plus forts de  "Cinderelas, Lobos e um Príncipe Encantado" se joue lorsqu’une gamine de 13 ans vend son corps dans les rues de Fortaleza, en compagnie de sa mère, femme pauvre qui montre qu’elle est au courant et complice (de l’activité de sa fille).

Les moments les plus légers se retrouvent à la fin quand le réalisateur interviewe des couples de femmes brésiliennes mariées avec des allemands – des conversations dans lesquelles on voit apparaître le choc culturel de façon inattendue, et des fois comique.

Joel Zito

Joel Zito a précisé  que son film "n’a pas l’intention d’expliquer " tous les phénomènes  qu’il décrit. Il écarte également toute intention de jugement de ses personnages. "Certaines deviennent des travailleuses du sexe, d’autres non. Mon film traite également de l’immigration en Europe et de beaucoup d’autres sujets", indique-t-il.

Dans tous les cas, l’entrevue qu’il réalise avec la sénatrice de l’état du Cear

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga

http://cinema.uol.com.br/ultnot/2008/09/29/ult6845u11.jhtm