Nacion.com

Le livre a été édité en Jamaïque et sera distribué dans le pays dès cette semaine

  La version a été traduite par l’écrivaine costaricaine Shirley Campbell

CAMILA SCHUMACHER | cschumacher@nacion.com

Lorsque Marcus Garvey arriva au Costa Rica pour la première fois, il n’était qu’un immigrant de plus, difficile à distinguer des centaines de milliers de jamaïcains anonymes contractés par la United Fruit Company.

Onze années plus tard, lorsqu’il foula Limón pour la deuxième fois, il était devenu le leader le plus populaire des Amériques.

Entretemps, il avait créé l’Universal Negro Improvement Association (UNIA), une filiale des infirmières afrodescendantes, une compagnie de bateaux et des dizaines de journaux dans les pages desquels il diffusait sa philosophie panafricaine qui prit racine dans la population.

De nos jours, les idéaux et le combat pour les droits humains de Garvey sont reconnus à travers le monde et maintenant, un nouveau livre vise à les  faire connaitre aux petits enfants et jeunes costaricains.

Nacion.com

Marcus Garvey , biographie illustrée éditée en Espagnol, en anglais et en français a été présenté il y a quelques mois à la Jamaica’s House, la maison du gouverneur général et représentante de la reine d’Angleterre sur cette île caribéenne.

A partir de cette semaine, on pourra se procurer le livre dans plusieurs locaux de la Librairie Internationale (Librería Internacional) de notre pays.

De fait,  Shirley Campbell, écrivaine afro costaricaine était chargée de la traduction vers l’Espagnol de l’œuvre. Hier, Campbell a modéré les activités de lancement qui se sont tenues à l’Université Nationale et auxquelles ont participé entre autres Olivia Grave, ministre de l’Information, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports de la Jamaïque.

Ce soir, l’événement se répétera à Terramall et le lendemain Journée du Noir, le livre sera présenté officiellement à la Black Star Line, dans la ville de Limón.

Le lieu de cérémonie n’a pas été choisi par hasard puisque cet édifice fut le principal siège à Limon de l’Unia, après sa construction en 1922.

Cette grande salle portait tout d’abord le nom de Liberty Hall et il abritait les réunions politiques et les rencontres sociales et sportives. Son surnom populaire est dû à la ligne de bateaux que Garvey fonda pour transporter des milliers de Noirs américains vers l’Afrique : un rêve qui en resta un.

En classe. Au delà des cérémonies officielles, le grand souhait des éditeurs est de faire que cette biographie de Garvey atteigne les écoles et les collèges. “Même s’il existe beaucoup de livres qui décrivent la vie, l’œuvre et la pensée de Garvey, aucun n’avait été pensé et écrit pour les enfants et les jeunes. Ici, les mentions dans les livres de textes sont peu nombreuses et les maîtresse ne savent pas bien que faire de ce qu’elles trouvent dans le curriculum et qui doit promouvoir la culture afrocostaricaine dans leurs classes pendant le mois d’Août ”, indique Campbell.

Le livre recueille des citations et reproduit des documents historiques ; raconte la vie de Garvey comme s’il s’agissait d’un conte. Ses pages comptent de nombreuses illustrations, grandes et toute en couleur. En le feuilletant, même les enfants qui ne savent pas lire pourront connaitre son histoire.

Traduit de l’espagnol par Guy Everard Mbarga

http://www.nacion.com/ln_ee/2008/agosto/30/aldea1681661.html