S. Paulo – L’actrice et présentatrice Tatiana Godói est l’une des révélations de l’émission Manhã com Você, du réseau NGT (Nova Geração de Televisão- Télévision de Nouvelle Génération). L’émission passe du mercredi au dimanche sur la chaine ouverte dans les principales capitales brésiliennes. Le centre d’opération de la chaine se trouve à Butantã, dans la Zone Ouest

Tatiana est une jeune actrice noire de plus, qui cherche sa place dans un milieu presque totalement blanc, dans un pays dont la moitié de la population est noire et métisse. Elle a déjà joué dans des films comme Quanto Vale ou é por Quilo, du cinéaste Sérgio Bianchi, et joué de petits rôles dans les novelas Escrava Isaura, Cidadão Brasileiro et dans Revelação, la dernière novela de  SBT.


Afropress
– Racontez-nous un peu votre histoire en tant qu’actrice et présentatrice noire.

Tatiana Godói – C’est un peu compliqué, être noire et femme, car pour certains produits, nous ne représentons malheureusement pas les standards de beauté, et on ne nous appelle donc pas pour les auditions.

Afropress – Depuis combien de temps avez-vous commencé à faire du théâtre et de la télévision?
Tatiana – J’ai commencé dans le groupe Dezesseis Meninos, de Treze de Maio, à Bela Vista à 9 ans, où j’ai eu la chance de travailler avec le mélancolique Raul Cortez. Puis j’ai travaillé pour Timol, à la Bibliothèque Monteiro Lobato, où je suis restée 4 ans; j'ai fait Macunaíma, après avoir participé aux novelas a Escrava Isaura (l’Esclave Isaura), Cidadão Brasileiro et je joue actuellement dans Revelação qui va de nouveau débuter sur SBT. J'ai également joué dans le film de Sergio Bianchi Quanto Vale ou é por Quilo, j'ai de plus fait quatre courts métrages et quelques publicités, comme celle qui passe actuellement que j'ai fait pour la préfecture de Osasco.

Afropress Vous voulez vous affirmer en tant que présentatrice ou comme actrice?
Tatiana – Évidemment je veux que mon travail d’actrice et de communicatrice soit reconnu, car je serai le modèle pour plusieurs petites filles noires, car lorsque j'étais petite, je n'en avais aucun à la télévision ni au cinéma, car les opportunités étaient bien limitées.

Afropress – Quel est l’objectif de l’émission Manhã com Você sur NGT?
Tatiana – L’idée de l’émission est d’être informative, divertissante et de montrer la diversité, que toutes les ethnies doivent être respectées, car, en fin de compte, nous sommes au Brésil et nous sommes un mélange la télévision doit être colorée et non blanche.

Afropress – Que pensez-vous de l’approbation du Statut Racial?
Tatiana – Je pense qu’il est plus que temps, non?... Après tout, 120 ans ont déjà passées et rien n’a changé.

Afropress – Que pensez-vous des quotas et des actions affirmatives?
Tatiana – Je suis d’accord avec les quotas dans les universités pour les pauvres en général et dans d’autres secteurs, comme la TV, les entreprises privées, il faut effectivement des quotas pour les noirs.

Afropress – Que pensez-vous de la question de l’inclusion des hommes et des femmes noirs dans les médias ?
Tatiana - Il y en a très peu et je pense que l'on devrait commencer par arrêter de parler d’acteur noir ou d’actrice blanche, car personne ne se réfère à l’actrice Ana Paula Arósio, par exemple, comme actrice blanche. Par conséquent, on doit arrêter de parler, par exemple de Lázaro Ramos ou de tout autre, comme d’un acteur noir. Un acteur est un acteur, et il faut également arrêter de n'utiliser les noirs que pour des rôles d’esclaves.  Avoir des noirs dans les novelas ne suffit pas, les noirs doivent avoir des familles, car dans les novelas, les noirs n’ont pas de famille et le noir est toujours traité comme un pauvre. Non, il faut que le personnage soit normal comme tout autre personnage, et non en tant que personnage noir.


Afropress – Avez-vous un message qui vous semble pertinent à faire passer ?
Tatiana – Je vous remercie de l’occasion que vous m’accordez par le biais de cette interview pour dire que la chaine sur laquelle je travaille ne fait pas partie des grandes, mais c’est déjà un début et qu’ils attendent de moi que je divulgue et je parle de notre peuple, et je suis prête à toutes les éventualités.

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga

http://www.afropress.com/diversidadesLer.asp?id=170