La nouvelle communauté régionale disposera de réseaux de jeunes à Belize, au Costa Rica,au Guatemala, au Honduras, au Nicaragua et au Panamá, a souligné Luis Diego Segura, auxiliaire de l’Unité de Société Civile et de Participation de la Fundapem ( Unidad de Sociedad Civil y Participación de la Funpadem)

 

 

Les jeunes Centre américains descendants des africains ont annoncé la création en ce jour d’un groupe d’action pour se regrouper afin de faire face à la situation d’exclusion dont ils souffrent dans la région.

 

 


Selon les leaders de la Fondation pour la Paix et la Démocratie ( Fundación para la Paz y la Democracia -Funpadem) du Costa Rica, les jeunes afrodescendants de la région sont fatiguée de la discrimination dont ils sont l’objet.


Ils ont indiqué dans un communiqué que dès qu’ils seront organisés, ils passeront de la parole aux actes.

 

 


La nouvelle communauté régionale aura des réseaux de jeunes à Belize, au Costa Rica,au Guatemala, au Honduras, au Nicaragua et au Panamá, a souligné Luis Diego Segura, auxiliaire de l’Unité de Société Civile et de Participation de la Fundapem.

De manière collective, ils ont analysé les espaces existants pour la participation citoyenne des jeunes afrodescendants, dans quelles conditions économiques ces espaces se développeront, et quel est l’espace social dans lequel ils vivent, entre autres choses, a-t-il ajouté.

 


L’initiative est soutenue par l’Organisation Noire Centre-Américaine (o de la Organización Negra Centroamericana, ONECA), présidé par l’hondurien Celeo Álvarez.

En novembre dernier, lors de la quatorzième Assemblée Générale de l’ONECA qui s’est tenue au Panama, l’ambassadeur du Honduras dans ce pays, Juan Alfaro Posadas, avait déclaré que les noirs, de même que les autres groupes ethniques de l’Isthme sont dénigrés à cause de la couleur de leur peau.

Il a souligné que très souvent, ils sont marginalisés et on tente de les dénigrer en les faisant passer pour des personnes aux idées courtes.

L’Amérique Centrale compte environ 46 millions d’habitants, dont 10% sont des descendants d’africains, la majorité vivant dans la pauvreté et la pauvreté extrême.

 

 

Source: Prensa Latina

 

 

Traduit de l'Espagnol par Guy everard Mbarga