En reconnaissance à la contribution de leur travail pour l’identité noire du pays, le Musée National de Colombie et la Fondation Color de Colombia (Couleur de Colombie) commémoreront le samedi prochain 17 novembre à 18 heures, à l’Auditorium Teresa Cuervo du Musée National, les 80 ans de la naissance du conteur Carlos Arturo Truque et les cinq ans de la mort du chef Segundo Cabezas. L’entrée est gratuite.

Bogota, novembre 2007. Cet événement verra la participation de l’ambassadeur du Honduras, Rafael Murillo, qui est directeur théâtral dans son pays et de Nicolás Montero, acteur au petit écran. La conteuse et poétesse Sonia Truque sera chargée de faire un témoignage sur son père et l’ancien magistrat Jairo Maya Betancur lira une élégie écrite en 1970 au conteur auquel on rend hommage. D’autre part, dans le cadre de la commémoration de la mort du chef Segundo Cabezas, ses collègues Francia Cabezas et Willans Lucumí, créeront une boisson spéciale en l’honneur du maître que l’on pourra déguster lors de l’événement.   Cet espace a pour but de partager avec le public la trajectoire des deux figures représentatives de la population afrocolombienne, pour renforcer l’identité multiculturelle du pays.

Carlos Arturo Truque
Il est né à Condoto (Chocó) en 1927 et meurt à Buenaventura en 1970. Journaliste et poète, il s’est distingué particulièrement en tant que conteur remarquable. En 1953, il obtient le Prix Espiral avec Granizada y otros cuentos. L’année suivante, il remporte le Concours de l’Association des Écrivains et Artistes de Colombie avec Vivan los compañeros, un de ses meilleurs contes, traduit dans plusieurs (ruse, français, allemand et chinois).

En 1958, le troisième prix lui sera accordé au Concours folklorique de Manizales avec le conte Sonatina para dos tambores et en 1965 une mention lors du 5ème Festival National d’Art avec El día que terminó el verano. Le drame Hay que vivir en paz a également mérité un prix au Festival de Berlin en 1951.

Selon l’écrivain Fabio Martínez, sa production a influencé d’autres auteurs. “Si vous voulez, Granizada y otros cuentos produit un effet positif qui va postérieurement influencer le roman colombien, comme ce fut également le cas de La hojarasca de García Márquez, paru en 1955”.

Segundo Cabezas
Né à Barbacoa (Nariño) le 23 avril 1928 et il est mort à Bogota en 2002. Il a étudié à la célèbre École Cordon Bleu de Paris et a effectué des stages dans les Hôtels Carlton de Stockholm, Savoy de Londres, Les Allees de Cannes, le Hilton de Berlin le Restaurant Maxim"s de Paris.

Il fut l’hôte gastronomique de 14 chefs d’État et d’importantes personnalités tels que Indira Gandhi, John F. Kennedy, Charles de Gaulle et Rafael Caldera.

Il a également été Chef Exécutif des clubs Jockey, Country et Los Lagartos à Bogota, dans les Ambassades du Venezuela et de France en Colombie, de Colombie en France et de la Présidence de la République; conseiller gastronomique des Hôtels Tequendama de Bogota et Nutibara de Medellín, et des restaurants la Fragata et Caña Brava de la capitale.

L’École de Cuisine et de Gastronomie de la Corporation Universitaire de la Régin Andine (Escuela de Culinaria y Gastronomía de la Corporación Universitaria del Área Andina ) porte son nom. On se souvient très bien de son émission télé, qui portait le nom de son plus livre de référence : Cocine de primera con Segundo.

Traduit de l’Espagnol par Guy everard Mbarga